top of page

Troubles musculo squelettiques et douleurs en position assise sur une chaise

Dernière mise à jour : 8 sept. 2023


La position debout est une position naturelle du corps résultant de l'équilibre dynamique entre le haut et le bas du corps. Le bassin joue un rôle crucial en tant qu'interface de stabilisation et d'ajustement permanent.


A contrario, la position assise sur une chaise n'est pas une position naturelle puisqu'elle bloque la nécessaire mobilité du bassin. Cela est à l’origine de nombreux troubles musculo-squelettiques et d’aggravation des douleurs pelvipérinéales et lombaires. Et notamment de névralgies, sciatiques, cruralgies, irritations du coccyx et du sacrum.



Qu’appelle-t-on une position naturelle ?


Ce sont les positions que l’homo sapiens a adopté depuis qu’il a appris la position debout. Ce sont les positions qui permettent de réguler en permanence, et donc de façon dynamique, le maintien de l’équilibre postural.

En plus de la position naturelle debout, l'être humain ne savait que s'asseoir par terre en diverses positions :

  • en tailleur par exemple

  • ou s'accroupir (encore souvent le cas dans certains pays comme en Afrique ou en Indonésie)

  • ou à genoux (encore largement utilisée dans certains pays d'Asie).

Dans chacune de ces positions, la mobilité lombo-pelvienne joue un rôle essentiel dans la régulation dynamique de l'équilibre postural. La capacité du corps à effectuer des ajustements subtils et rapides est cruciale pour éviter les chutes et les déséquilibres. La mobilité lombo-pelvienne permet aux muscles, aux articulations et aux capteurs sensoriels du corps de travailler ensemble pour maintenir une posture stable et confortable.

En position debout

la mobilité lombo-pelvienne est optimale. La colonne vertébrale est naturellement profilée en courbures naturelles (lordose lombaire, cyphose thoracique, lordose cervicale). Le bassin est capable de basculer légèrement vers l'avant ou l’arrière, grâce à l'activation des muscles fléchisseurs de la hanche et des muscles extenseurs du dos.

La mobilité de la colonne vertébrale et du bassin permet des ajustements dynamiques, ce qui facilite l'équilibre postural. Les mouvements de micro-ajustements des pieds, des chevilles et des genoux contribuent également à ce processus.

En position à genoux

En position accroupie

En position assise au sol


En outre ces ajustements permanents maintiennent une musculature soutenue, que ce soit au niveau du dos ou au niveau du bassin.


Les avantages des positions naturelles qui ne bloquent pas la mobilité lombo-pelvienne sont nombreux :

  • Les muscles du tronc et du bas du dos sont davantage engagés pour maintenir l'équilibre. Cela favorise une meilleure distribution du poids corporel sur l'ensemble de la colonne vertébrale ;

  • La possibilité de basculer le bassin vers l'avant ou l'arrière permet d'ajuster la courbure naturelle de la colonne vertébrale en fonction des besoins. Cela contribue à réduire la pression exercée sur les disques intervertébraux et à prévenir les tensions musculosquelettiques excessives ;

Les muscles pelviens assurent la fonction d’équilibrer le poids du tronc et de le répartir sur les membres inférieurs.



S’asseoir sur une chaise n’est pas naturel


Ce n'est que dans les toutes dernières centaines d'années que les humains ont peu à peu adopté la position assise sur des chaises. Par exemple, ce n'est qu'au XIXème siècle au Japon que l'usage de la chaise s'est démocratisé dans toutes les couches de la population. Cet usage s'est répandu avec l'augmentation globale de la sédentarité. Il s'est renforcée avec la pratique du télétravail à la suite de l’épisode récent de la COVID 19.


Le problème majeur de la position assise sur une chaise provient de l’immobilisation du bassin en rotation et basculement. La position assise sur une chaise n’est donc pas une position naturelle.


Ainsi, la capacité du corps à effectuer les ajustements nécessaires pour maintenir un équilibre postural actif est contrainte par le manque de mobilité. Cela rend incompatible cette position avec la régulation dynamique de l’équilibre postural.

Lorsque bas du dos, hanches et bassin sont bloqués, les muscles du tronc ont tendance à se relâcher et à perdre leur tonicité. Posture non symétrique, pression inégale sur la colonne vertébrale et plus grande probabilité de tensions musculaires, irradient tout le complexe pelvien. Et ce d’autant que le bas du dos subit une pression accrue d’environ 40% de plus qu'en se tenant debout.


A défaut d’équilibre postural dynamique, la position assise prolongée confronte vite à une « posture avachie ». Les muscles du bas du dos, du cou, des épaules et des hanches peuvent devenir tendus et fatigués.

En plus de ces maux de dos, la position assise a également des conséquences moins connues sur les douleurs pelvipérinéales (névralgies pudendales, coccygodynie...)




Aggravation des douleurs en position assise pour la névralgie pudendale



En position assise, le poids du haut du corps est concentré sur les structures pelviennes. La pression exercée sur le nerf pudendal et les tissus environnants augmente. Et cela est d’autant plus accentué que le soutien naturel de la ceinture abdominale est réduit par rapport à la position debout.


Les déséquilibres posturaux peuvent amplifier ce phénomène. D’une part, les mécanismes de compensation musculo squelettique se mettent alors en œuvre augmentant les tensions exercées. D’autre part, cela entraîne une instabilité entre le sacrum et l'os iliaque. Le nerf pudendal qui traverse le sacrum peut alors être soumis à une tension supplémentaire.


Enfin, en position assise, le bassin est forcé en position verticale. Tandis que debout, dans 80% des cas, il est naturellement basculé vers l’avant ou à contrario vers l’arrière. Cela peut réduire l'espace disponible pour le passage du nerf pudendal dans le canal d'Alcock, exerçant ainsi une pression supplémentaire.



Aggravation des douleurs en position assise pour la coccygodynie

En position assise, le poids du haut du corps est supporté par un tripode constitué par le coccyx et les ischions. Le complexe sacro-coccygien constitue un carrefour d’innervation mixte entre le haut et le bas du corps. Ainsi, la pression directe exercée sur le coccyx endommagé et sur les tissus environnants active la douleur.


Une posture asymétrique entraine des mécanismes compensatoires causant des tensions articulo-musculaires et des raideurs douloureuses qui aggravent les symptômes.


Un autre facteur aggravant est l’hypermobilité du coccyx. Les mouvements excessifs et anormaux de l'os peuvent irriter les tissus environnants, les muscles et les ligaments, provoquant une douleur locale.


Gil Ayache – co-fondateur Blue Portance – R&D et Innovation & Pascal Azadian – co-fondateur Blue Portance – Partenariats scientifiques


© Blue Portance - 2023


Comentarios

Obtuvo 0 de 5 estrellas.
Aún no hay calificaciones

Agrega una calificación
bottom of page